Quand un arbitre juge un autre arbitre

Trois grossières erreurs d’arbitrage, c’est beaucoup pour un seul homme. C’est pourtant l’exploit réalisé hier par Benoît Bastien lors de la rencontre entre le Stade Brestois et le RC Lens.

Le journal l’Equipe a demandé l’avis de Saïd Ennjimi, ex-arbitre international et consultant pour la chaîne L’Équipe.

Sans concession, Saïd Ennjimi pointe du doigt les erreurs de Benoît Bastien :

Sur le penalty non sifflé :
« Il y a penalty. Il y a la notion de bras écarté, la main ne me semble pas volontaire, mais le bras n’est pas collé au corps et la course du ballon est déviée par la main. On a sifflé des penalties pour moins que ça. »

Sur le but Brestois qui fait suite à une faute de main :
« Le but aurait dû être refusé, Les gens de la vidéo n’ont peut-être pas eu le temps de regarder le départ de l’action, ou alors ils ont considéré que la main n’était pas volontaire, mais cela me semble impossible car c’est clair et net. Sans cette main, il ne récupère pas le ballon. Il n’y a pas de débat. C’est l’erreur la plus lourde. »

Sur le tacle par derrière de Lees-Melou sur Deiver Machado :
« Pour moi, le deuxième jaune se justifiait, car le joueur est très en retard. Les consignes au sortir de la Coupe du monde c’était d’avoir un degré de tolérance plus élevé. Mais là, les deux fautes, c’est rouge. »