RC Lens : On se lève tous pour Franck Haise

Si le RC Lens devait se qualifier ce soir pour la Ligue des Champions, le mérite en reviendrait avant tout aux joueurs, mais également et surtout au chef d’orchestre, Franck Haise, en place depuis trois saisons et en passe de devenir le meilleur entraîneur de Ligue 1.

Dans son édition du jour, Joël Domenighetti du journal l’Equipe a fait parler des personnes de son entourage, lensois et ex lensois, pour tenter de décrire cet entraîneur atypique qui a fait ses classes dans la formation avant de devenir un véritable meneur d’hommes respecté par tous :

Arnaud Pouille :
« Chez nous, son premier atout est d’avoir cet œil transversal. Son père lui a permis de développer une attention particulière, une expertise. Il mesure l’implication de chaque service. Avoir commencé par la formation lui a également conféré une autorité
naturelle. Il apprécie beaucoup une approche à l’ancienne, à la confiance. Mais il adore la stratégie, le développement d’un groupe. Il a donc su bien s’entourer de personnes très compétentes. Il aime être élégant dans sa façon de jouer, les relations de vérité. Cela se ressent dans son jeu. »

Florian Sotoca :
« Il nous réunit chaque semaine dix minutes pour parler de tout. Il nous demande souvent notre avis. Mais il sait être autoritaire ou piquer au bon moment. »

Jonathan Gradit :
« Sa première qualité est d’avoir suscité l’adhésion par la confiance qu’il te donne. Il responsabilise. »

Adrien Thomasson :
« J’ai été agréablement surpris. Pendant les matches, il n’est jamais dans l’exubérance, les grands gestes, les éclats de voix. Il dégage beaucoup de sérénité. L’équipe lui ressemble, elle ne s’affole pas. »

Alou Diarra :
« C’est un coach qui veut avoir le contrôle. Les membres du staff décortiquent, mais il se forge sa propre opinion.

Laurent Bessière :
« Il y a 3 ans, l’objectif de remontée atteint, il m’avait dit, ‘je veux participer à ramener Lens en Coupe d’Europe. Cela m’avait marqué. Il était déjà très ambitieux dans le bon sens du terme. »

Florent Ghisolfi :
« Il est très humble, mais connaît ses forces. Il a cette capacité à gérer en même temps une énorme charge de travail et les plaisirs de la vie, la famille, les amis. Ça reste un épicurien, discret, qui ne critique jamais les autres. Contrairement à 95 % des gens dans ce milieu…
L’équilibre est le premier mot qui me revienne, que ce soit dans le pressing haut ou le fait de subir bas. Dans l’utilisation du ballon, il est redoutable, car il crée les conditions de l’incertitude. Son potentiel est infini, il va être élu meilleur entraîneur de Ligue 1″

N’en jetons plus, la cour est pleine … On remarquera que Florent Ghisolfi bave, au sens premier du terme, sur celui avec qui il a bossé à Lens et qu’il aimerait bien voir arriver à Nice.
Mais encore une fois, répétons-le, quel intérêt pour Franck Haise d’aller s’enterrer dans un club bling bling qui ne jouera que le championnat la saison prochaine, alors qu’il y a encore tant de choses à faire à Lens ?