RC Lens : De l’absolue nécessité de hausser le niveau de jeu

Après la déconvenue face à Arsenal, certains observateurs avaient parlé de renouveau suite à la victoire 3-2 du RC Lens contre un bon Olympique Lyonnais, qui semblait être sur la voie de la rédemption.

Mais Lyon s’est fait massacrer à Marseille en match en retard. On attendait donc beaucoup de ce Montpellier-Lens pour mesurer le niveau exact des Sang et Or avant le match décisif de Séville en Ligue des Champions. Sur le papier, Montpellier paraissait être le sparring partner idéal pour vraiment relancer la machine lensoise avant ce match de mardi qui peut nous qualifier pour le prochain tour de League des Champions.

Descente de mine hier à l’issue de la rencontre au stade de la Mosson. Franck Haise lui-même, certainement pour la première fois depuis qu’il coache le RC Lens, s’est montré agacé au sujet de la prestation de ses hommes en zone presse, avec des mots qui ne faisaient pas partie auparavant de ses éléments de langage. « Ce point est la seule bonne nouvelle de la soirée » a t-il déclaré, dépité. « Il y a peu d’endroits où j’ai trouvé l’équipe bonne. On est passé à côté de notre sujet. »

En réalité, voilà trois matchs où Lens passe à côté de son sujet. La déroute à Londres, le match contre une équipe lyonnaise moribonde et enfin ce match face à un Montpellier qui n’a que comme seul objectif le maintien.

« Il faudra rendre une autre copie que celle-ci pour espérer quelque chose mardi. » a conclu Franck Haise, qui ne peut visiblement compter que sur une poignée d’hommes pour redresser la barre. L’animation offensive est au point mort. Que ce soit Thomasson, Fulgini ou encore Pereira Da Costa, personne n’est plus là pour rehausser le niveau. Au niveau de la finition, Wahi n’y arrive toujours pas, tout comme Guilavogui. Seul Saïd présente quelques garanties, mais encore faudrait-il le titulariser, comme contre Lyon, où il avait été performant.
Sur les côtés, pas de courses, pas d’appel, des passes qui manquent de justesse, les pistons sont aux abonnés absents.

Au milieu de terrain, seul le remuant El Aynaoui sort du lot. Derrière, Lens a montré un peu plus de garanties contre Montpellier après avoir encaissé huit buts sur les deux matchs précédents.

Un bilan global qui n’est pas rassurant avant de recevoir Séville dans un match où il ne faudra absolument pas perdre, sauf à regarder l’Europa League à la télé. Et Franck Haise ne dispose que de trois jours pour remobiliser son monde.