Daniel Riolo pointe du doigt Elye Wahi

Elye Wahi fait partie des joueurs lensois qui ont déçu hier à Eindhoven. Cette fois-ci, l’ancien Montpelliérain n’a pas été sauvé par un but et les critiques fusent de partout.

Il a beaucoup couru, mais ses appels n’étaient pas bons, quand il en a eu l’occasion, il n’a pas fait les bons choix face au but, il n’a pressé que par intermittence et son repli défensif a été moyen. L’international Espoirs s’est souvent contenté d’attendre les ballons à la limite du hors-jeu.
Il a surtout beaucoup perdu ses nerfs face à des adversaires qui l’ont fait tranquillement sortir de son match. Par manque d’expérience et de maîtrise, le jeune attaquant tombe trop souvent tombé dans le piège tendu par les défenseurs adverses.
Daniel Riolo est bien évidemment entré dans le game et a décoché quelques flèches assassines dans l’After Foot de RMC :

« Maintenant, on le regarde, il passe à la télé en prime time, il joue des gros matchs, bienvenue dans le monde de l’exigence et on est obligé de le dire : ‘Elye Wahi, ce soir, tu es mauvais. On ne le ‘défonce’ pas gratuitement, il y a une exigence autour de lui qui est normale et il va falloir qu’il vive avec.
Il sera fort s’il surmonte tout ça. Il n’y a pas de raison de ne pas croire en lui, on croit toujours en lui, il a été bon en Ligue des champions à deux occasions où il a été essentiel. »

Visiblement, Elye Wahi supporte mal le poids du prix de son transfert et de la comparaison avec Loïs Openda.