RC Lens – Fribourg (0-0) : Nous avons aimé, nous n’avons pas aimé

Avoir des ambitions européennes est une chose, mais être capable de montrer ses intentions sur le terrain en est une autre. Le RC Lens doit son salut à la maladresse des attaquants de Fribourg, qui n’ont pas su se montrer efficaces lors de leurs très nombreux temps forts.

Le RC Lens garde évidemment toutes ses chances de qualification au match retour. Mais il faudra alors montrer un tout autre visage, malgré un handicap de taille, l’absence de Kevin Danso, le métronome de la défense.

Nous avons aimé :
– L’excellent match de Kevin Danso, qui a sauvé les siens à plusieurs reprises.
– Le match sérieux de Massadio Haïdara, qui aurait pu donner la victoire aux Lensois si l’arbitre n’avait pas annulé son but pour un hors-jeu de Frankowski.
– La rentrée de Salis Abdul Samed à l’heure de jeu qui a fait un bien fou au milieu de terrain.
– L’entrée en jeu de Fulgini, beaucoup plus actif que Pereira Da Costa, usé par sa première période où il a beaucoup couru.
– Qu’Abdukodir Khusanov aurait pu être l’homme du match en délivrant un caviar à Wesley Saïd une minute après son entrée en jeu.
– Le nouveau clean sheet de Brice Samba.

Nous n’avons pas aimé :
– Le fait que les Sang et Or ont souvent été spectateurs et rarement acteurs.
– Le nombre impressionnant de déchets techniques dans les transmissions.
– les difficultés lensoises en attaques placées.
– Le manque d’agressivité qui permet de gagner les duels.
– L’absence de pressing des Sang et Or qui se sont contentés de subir.
– Le carton jaune de Kevin Danso qui le privera du match retour à Fribourg jeudi prochain.
– L’heure de jeu de Przemyslaw Frankowski au poste de piston gauche, bouffé par Doan, et qui a compliqué la tâche d’Haïdara. Quand il est repassé à droite, il a retrouvé de l’allant.
– Que Franck Haise ait conservé son onze type depuis trois journées. Certains de ses joueurs cadres sont émoussés. Mais qui peut briller sur le banc ?
– De constater que nous n’avions définitivement pas d’attaque et que, si but il avait du y avoir, il aurait été l’œuvre d’un défenseur central.
– De constater que Facundo Medina était certainement le milieu de terrain lensois le plus performant. Sans lui, les Sang et Or sont nettement moins portés sur l’offensive.
– De devoir se poser la question existentielle « Combien de temps encore allons-nous insister sur Elye Wahi ? »
– Le magistral loupé de Wesley Saïd en fin de rencontre, servi sur un plateau par Khusanov, qui venait de rentrer.
– De devoir constater que nous n’avions définitivement pas d’attaque et que d’aller chercher l’Europe dans ces conditions serait très compliqué.