Il n’y en a plus que 9, dont Franck Haise

Le nombre des entraîneurs français officiant en Ligue 1 diminue de saison en saison. Pour la livrée 2023-2024, ils ne sont plus que 9 à diriger les équipes de l’élite du foot hexagonal, alors qu’ils étaient encore 18 lors de la saison 2013-2014.

L’agent Christophe Hutteau, qui gère notamment les intérêts de l’un de ces neuf « survivants », Pierre Aristouy, entraîneur du FC Nantes, décrit le phénomène pour Le Parisien :

« Il y a une mode, une hype, depuis quelques années déjà qui consiste à présenter les entraîneurs français comme… un peu moins à la page et un peu moins performants peut-être que d’autres. On veut un peu les faire passer pour des has been, mais ça ne correspond pas à la réalité.
Quand je vois le parcours de jeunes entraîneurs comme Régis Le Bris à Lorient ou celui de Franck Haise à Lens, c’est bien la preuve que les techniciens français ne sont pas inférieurs ou moins compétents que les entraîneurs étrangers. »

Le gros point faible des entraîneurs français, la non maitrise des langues étrangères. Ce week-end, Prime Vidéo avait placé des micros sur Michel Der Zakarian et tout le monde s’est aperçu que sa com avec certains joueurs était plutôt limite « one two touches » 🙂

« Si on veut faire un constat juste : beaucoup d’entraîneurs français maîtrisent très mal les langues étrangères », reconnaît Christophe Hutteau, « ça a toujours été, nous Français, un de nos problèmes…. C’est un handicap, car il y a de plus en plus de joueurs étrangers dans les effectifs. Il ne s’agit pas de le regretter ou de le condamner, mais ça doit aussi être une piste de réflexion. »