Mercato : Par le passé, le RC Lens a déjà réalisé des bons coups

Le trio Pouille-Ghisolfi-Haise se trompe rarement dans ses choix et les recrutements de Clauss, Medina, Fofana, Frankowski, Machado, Saïd, Danso, Salis, Samba, Openda, pour ne citer que ceux-là, en sont la preuve vivante.

Mais par le passé, le RC Lens s’était déjà fait remarquer par de forts jolis coups comme celui du recrutement en 1994 de Marc Vivien Foé, ce que nous rappelle ce mois-ci le magazine Le Foot. Le RC Lens n’aurait pas du être le premier club européen de le milieu international Camerounais.
Marc Vivien Foé devait signer à Auxerre, mais les dirigeants lensois l’ont rapatrié dans le Nord face des Auxerrois dépités et impuissants. Le joueur s’était pré-engé avec l’AJA de Guy Roux, club réputé à l’époque pour faire émerger les talent africains. Alors que tout était prévu pour son arrivée en Bourgogne et que Guy Roux, consultant l’été, était aux States pour commenter la Coupe du monde, Jean-Luc Lamarche, le directeur sportif lensois de l’époque, s’était rendu à Yaoundé pour rencontrer le joueur, le faire changer d’avis et obtenir sa signature.
A Lens, il est devenu un des meilleurs milieux de terrain européens et a décroché le titre de champion de France en 1998.

Après Lens, Foé a connu West Ham, un prêt à Manchester City et Lyon. La fin de l’histoire est tragique, Marc-Vivien Foé perd la vie sur le terrain de Gerland lors du match de la Coupe des Confédérations Cameroun-Colombie. II s’écroule à la 72ème minute et les secours ne pourront pas le ranimer. Le Lion était mort, il a longtemps été pleuré par les Lensois.

AllezLens soutient le peuple Ukrainien


D'accord ou pas d'accord sur le contenu de cet article ? Envie de vous exprimer sur ce sujet ?
Tous nos articles apparaissent en temps réel sur notre page Facebook. Un bon moyen de commenter l'actu en Live.