Jonathan Clauss : « Peu importe si je suis sifflé »

Il y a quelques jours, nous nous demandions si Jonathan Clauss allait se faire siffler par les supporters Lillois lors de la rencontre face à l’Afrique du Sud qui se jouera demain soir au Stade Pierre-Mauroy.

En conférence de presse, la question lui a été posée, notamment après les scènes pénibles du Vélodrome où les joueurs ou ex joueurs parisiens se sont faits siffler :

« Non, je n’ai aucun message à faire passer. Si je ne suis pas sifflé tant mieux, ça va m’aider. Mais si je le suis… OK, c’est comme ça. »

Dans son édito du jour sur La Voix des Sports, le journaliste Yann Segers veut croire que le public lillois sera à la hauteur de l’événement :

Plus qu’un Lensois, c’est un Bleu, un joueur de l’équipe de France, un mec avec deux étoiles au-dessus du coq sur le cœur, un joueur qui mérite amplement ce qui lui arrive.

Il est arrivé à Clairefontaine, lundi dernier, en toute humilité… Et en entrant à la 89 e minute de jeu, vendredi au Vélodrome de Marseille face à la Côte d’Ivoire, en remplacement de Kingsley Coman, l’Alsacien a ouvert son compteur sélection.

Demain, à Villeneuve-d’Ascq, on l’espère titulaire, acclamé, célébré, dans un Mauroy à guichets fermés. Parce que, comme le dit si bien le patron des Bleus, Didier Deschamps : « Il le mérite. »

Oui, Jonathan Clauss mérite une ovation. Et une sacrée grosse. Pour lui. Pour Lens. Pour le football régional.

AllezLens soutient le peuple Ukrainien


D'accord ou pas d'accord sur le contenu de cet article ? Envie de vous exprimer sur ce sujet ?
Tous nos articles apparaissent en temps réel sur notre page Facebook. Un bon moyen de commenter l'actu en Live.